A prayer before

A prayer before se décline comme divers moments d’un vaste tableau médiéval — un Moyen-âge fantasmé et joyeusement absurde, dans lequel la sensualité est un langage et l’hégémonie de la raison inopérante. Interrogeant les normes de genre, les quatre personnages y oscillent entre grotesque et sensualité, entre passé et présent, entre toge adidas et coupe au bol.

Concept, chorégraphie, interprétation et costumes
Collectif Foulles

Création: 2020

Durée: 30 minutes

Création son et lumières
Céline Ribeiro
Création sonore
Ana Rita Reis

L’imaginaire collectif qu’évoque le Moyen-Âge en Europe est très divisé. D’une part, période sombre et cruelle, des chasses aux sorcières ou encore de la peste noire. De l’autre, bouffonneries et festivités, souvent gargantuesques, parfois sensuelles. Réinvoquer les représentations et les imaginaires plus ou moins fictifs auxquelles se rattachent le mot « Moyen-Âge » sera le premier terreau de notre recherche, nous permettant d’interroger la notion d’Histoire telle qu’abordée en occident et de trouver la/les nôtre/s.
 

« Une pièce construite comme une articulation dansée entre l’Histoire (le Moyen- Âge

en Europe), ses représentations et ses fictions; et le contemporain, avec ses problématiques liées au genre,  à l’évolution de notre société et au monde animal. »

Yvane Chapuis - Historienne de l’art

Nous abordons différentes facettes de cette époque. Autant qu’il y a de moyen-âges, il y a d’histoires. Nous parlons de nos histoires multilatérales, de celles auxquelles on aime à croire, qu’on aime raconter. Nous sommes des storytellers, peut-être des impostrices, peu nous importe car nous changeons d’identités, nous sommes des figures qui peuvent se transformer tout au long de la pièce. Nous sommes des êtres floues, sensuelles, narrant avec la plus précise inexactitude historique une histoire(s) ancienne. Nous avons admiré des tableaux, fouillé des ouvrages et nous créons un montage, un agencement impur et «non-historique» du temps. Nous racontons un événement qui en comptent une infinité d’autres. Il s’est passé il y a longtemps, et pourtant, le faire revivre pourrait changer notre perception du présent. Dans cette pièce, il s’agit de rompre un ordre établi, quel qu’il soit.

Nous recherchons comment stimuler les sens; nos peaux, nos oreilles, nos bouches. Nous abordons une sensualité des contraires, dans le beau comme dans laid, dans l’ordre et dans le chaos, dans le propre et le sale.